lundi 1 août 2011

La carte et le territoire

 Cet article est le fruit d'une réflexion sur les rapports entre la cartographie et le modélisme de mode, et n'a rien à voir avec les contenus des cours de Salut les Bobines! C'est juste une manière d'approcher le patronnage par un biais un peu inhabituel, car mon double parcours de géographe et de couturière m'a amenée à la conclusion qu'il y avait des liens très forts entre le fait de créer des patrons et de représenter la Terre par des cartes.


 Sur cette photo, deux randonneurs escaladent un relief particulier : celui créé par un demi-buste féminin dont j'ai créé la toile. Sur ce devant, on voit bien les reliefs de la poitrine, de la taille et du bassin : première constatation, donc, nous ne sommes pas plats. La création de vêtements suppose de passer du volume en trois dimensions à une représentation à plat, ce qui explique qu'on parle de COUPE A PLAT pour désigner cette technique de création de patrons (qui s'oppose à celle du MOULAGE, qui consiste à draper le tissu directement sur le modèle).

 Pour passer du volume à sa représentation à plat, il faut créer un réseau de lignes qui servent de repères. Sur le mannequin, ces lignes sont matérialisées par des rubans de bolducs, posés à la verticale et à l'horizontale (tours de bassin, de taille etc. et hauteurs devant, dos, bassin...) sur la Terre, par les lignes de l'Equateur, des Tropiques, c'est-à-dire les parallèles et les méridiens.

Si on essaie de mettre le volume du globe terrestre à plat, comme dans le cadre de cette expérience avec une peau d'orange, on se rend compte de la difficulté de l'exercice : la peau se déchire en plusieurs endroits.

 Les différentes manières de représenter le globe terrestre à plat comportent du coup des inconvénients, et notamment celui de déformer les proportions des espaces terrestres, si la carte est continue (projection de Mercator en haut à droite). La seule façon d'approcher la réalité est de créer comme Goode une carte discontinue (en bas à droite), mais elle comporte de trous, qui ont été placés dans les océans pour permettre une lecture des continents.
 Ainsi on peut créer toutes sortes de cartes discontinues, comme celle-ci, qui découpe la Terre en 12 portions égales, qui peuvent du coup, servir de patron pour créer une sphère.
 C'est ainsi qu'on crée des balles en tissu, avec un nombre plus ou moins grand de quartiers, Ainsi font mes petites marionnettes en a créé une à 6 faces :
 Le patron, à couper 6 fois dans le tissu, de cette balle en tissu (Les moutons de Kallou) :
 Epouser les volumes du bas du corps : résorber les différences de tour par des fronces


Créer une enveloppe plus juste : la carte discontinue ou le patron ajusté par des pinces



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire